Quand un ministre de la République force un bureau de vote pour voter sans carte d’électeur, c’est qu’il ne respecte pas la République.

Quand un président de la République, à un appel pour un débat national sur l’envoi de troupes sénégalaises a l’étranger, répond par « J’ai décidé un point c’est tout! », c’est qu’il ne respecte pas le peuple.

Quand un homme promet réduction de mandat, lutte contre la transhumance politique, gouvernance sobre et vertueuse… et se renie publiquement sur tous ces points, c’est qu’il ne se respecte pas.

Quand un homme réunit les trois profils cités plus haut, alors nous ne nous respectons pas si une seule seconde nous avons cru à la possibilité qu’il fasse les choses correctement.

DECRET SONKO
Décret portant révocation de la Fonction Publique de l’Inspecteur des Impôts Ousmane Sonko.

La radiation ou révocation de Ousmane Sonko n’est rien pour cet homme. Cracher sa bile, son dégoût ou je ne sais quoi est totalement inutile sur une personne dépourvue de conscience.

Non! Macky Sall n’a pas de conscience. Son parcours politique est jalonné de retournements et de reniements. De AJ/PADS à l’APR en passant par le PDS, sa fidélité à Idrissa Seck, à Wade, sa signature SANS RÉSERVE au bas de la Charte de bonne gouvernance des Assises Nationales, ses engagements devant le M23, Y’en À Marre, sa ferme décision de traquer tous les fossoyeurs de la République… On arrête là cette liste… Alors oui, s’il faut mettre une gifle à quelqu’un, mettons-là à nous-mêmes.

SONKO
Ousmane Sonko

Ousmane Sonko est certes victime de son positionnement politique. Sa tête avait été réclamée dès le premier jour par Moustapha Diakhaté, bouillant et médiocre président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakar (majorité). Elle leur sera promise quelques jours plus tard par Amadou Bâ, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et supérieur hiérarchique de l’Inspecteur des Impôts Sonko. L’engagement et l’activisme ont un coup et il faut souvent accepter de le payer de son confort, de ses biens, de sa santé, de sa liberté ou pire encore, de sa vie. Il en fait l’amère expérience comme d’autres avant lui. C’est maintenant que le vrai combat commence pour lui et tous ceux qui croient que le Sénégal mérite mieux. Macky Sall a choisi le parti avant la patrie, nous choisissons la patrie ou la patrie. Parce qu’il n’y a pas d’autre choix que la patrie…

Publicités