Le Président aurait-il perdu son sens de la lecture politique? Tout porterait à le croire au vu des derniers développements  post-électoraux.

Voila un homme qui a fait 33% au premier tour en 2000, puis 55% en 2007 et qui se gausse d’un 32% en 2012. Il ne lit pas que plus 68% de l’électorat sénégalais ont fait un tout autre choix que lui. Il ne voit pas non plus que 46% de son électorat lui ont tourné le dos en un seul mandat de 5 ans. Et j’insisterai sur ce point.

Je ne connais pas un autre président qui ait déjà subi une telle déconvenue. L’important pour lui n’aurait pas dû juste d’être dans le peloton pour le second tour puisqu’en général, sur le continent africain, le président sortant fait toujours un score autour de 35% au premier tour (ce que le Pr Ismael Madior Fall appelle la « prime au sortant« ). Son objectif devrait être de ne pas faire moins qu’en 2007. D’ailleurs il n’a cessé de répéter  – comme pour s’en convaincre lui même – sa certitude d’être réélu dés le premier tour. Et même en faisant moins qu’en 2007, il aurait dû se maintenir au dessus des 53%. Ce premier tour devrait vous enseigner une seule chose Monsieur le Président : votre popularité est derrière vous.

Quand on voit que la moitié de votre électorat vous tourne le dos, qui plus est en un seul mandat, il faut en tirer les conséquences Monsieur le « Président le mieux élu d’Afrique » (dixit lui-même). Votre « rival » (je doute que vous boxiez toujours dans la même catégorie) Lula Da Sylva a quitté le pouvoir avec 80% d’opinions favorables et plus de 60% de citoyens prêts à le soutenir s’il décidait de modifier la constitution brésilienne pour briguer un troisième mandat. Le président Mandela, répondant a une question sur le pourquoi de son retrait prématuré du pouvoir, avait dit « quand on joue avec le feu, on se brûle les doigts » et j’ajouterai qu’en ce moment vous ne jouez pas juste avec vos doigts mais avec le destin de toute une nation. Monsieur Président, ces hommes que je viens de citer ne devraient pas être meilleurs que vous en matière de références pour les jeunes générations. Mais au rythme où vous allez et dans la direction que vous prenez, vous vous installerez définitivement dans la colonne « NE PAS IMITER« .

Vous êtes dans la position d’une personne qui dégringole une pente ; soit elle tentera en vain de s’accrocher, soit, sagement, elle se laissera porter dans la descente, se contentant d’éviter les écueils et d’amortir sa chute du mieux possible. Je ne vous apprendrai pas que la vie est ainsi faite : une phase ascendante et une autre déclinante. Les plus heureux sont ceux qui auront su tirer le maximum de ces deux phases. Vous avez su tirer beaucoup de la première, ne ratez pas celle ci devant vous, car il n’y aura plus moyen de se reprendre. Et si je puis me permettre un conseil : retirez-vous de la course et remplissez votre role de président, gardien de la constitution et garant de l’équité et de l’égalité des chances de tout citoyen sénégalais.

Je vous en conjure…

PIVD

Publicités